Vieux-Nice : commencez votre balade par une Tourte de Blette !

boulangerie_vieux_niceUne des vocations premières de blog2nice est de sortir des sentiers battus en vous faisant découvrir des adresses niçoises authentiques. Je veux parler de ce genre d’endroit que l’on découvre au hasard d’une promenade et rarement en feuilletant les pages en papier glacé d’un guide touristique. C’est d’ailleurs en flânant dans le Vieux-Nice que j’ai découvert, il y a déjà pas mal de temps, la boulangerie du 22 rue Pairolière (Vieux-Nice) et que depuis, je ne rate jamais l’occasion de m’y arrêter pour déguster une part de Tourte de Blette à la saveur unique. J’ai vraiment l’impression de retrouver le goût de la « Tourta dé bléa » ( Tourte de blette en niçois) que ma grand-mère me préparait quand j’étais enfant. Pas de chichi dans cette boulangerie du 22 rue Pairolière que vous reconnaîtrez en levant les yeux sur son enseigne à la calligraphie rustique, tout est comme avant, même les prix (1,40 € la part de Tourte de blette). Pour ma part, je suis un inconditionnel de cette Tourta dé bléa au bon goût d’autrefois mais je vous invite à découvrir les brioches et les tartes salées de la boulangerie qui, paraît-il, sont succulentes. Vos commentaires seront appréciés. Sachez que le Vieux-Nice regorge encore de lieux authentiques tels que celui-ci. Le Vieux-Nice représente à mes yeux le coeur de Nice, ce Nice aux couleurs chatoyantes et aux senteurs méridionales sans pareil qui vous semblera bien éloigné du clicher clinquant que certaines personnes peuvent s’imaginer à propos de Nice. Plan d’accès de la Boulangerie.

>>Vous aussi, parlez-nous de Nice ! blog2nice vous donne la parole !<<

Les vélos bleus vont revenir !

Si vous avez  lu l’article posté hier dans blog2nice concernant la disparition des vélos bleus, vous avez sans doute été rassuré en découvrant la « une » du quotidien « Nice-Matin » d’aujourd’hui et en lisant l’article paru en page 9 du même journal. Celui-ci nous explique, en effet, que les vélos bleus ont été retirés volontairement de la circulation par Véloway, la société de gestion des vélos bleus (filiale de Véolia) afin de remplacer le système d’antivol des vélos pour le moins défectueux puisqu’il aurait permis le vol de 150 vélos depuis le 18 juillet, date de mise en service de vélobleu. Apparemment, les bornes d’accrochage des stations vont également être révisées. Il semble qu’en tirant fort sur le câble, il soit possible de le détacher. J’espère que Véloway profitera ce ces réfections pour revoir le système de location et de restitution des vélos qui oblige trop souvent l’utilisateur à appeler le service Vélobleu pour rétablir la situation de son abonnement. Les vélos devraient remis en circulation la semaine prochaine. Blog2nice ne manquera pas de vous tenir informé des suites de cette intervention technique.

>>Vous aussi, parlez-nous de Nice ! blog2nice vous donne la parole !<<

A Nice, des trams toutes les 5 minutes !

tram_nice_stationSi vous aussi  vous prenez quotidiennement le Tram, vous avez sans doute remarqué que la fréquence entre les rames  est désormais plus courte (en journée et les jours ouvrables).  En effet, la fréquence entre deux trams est passée à 5 minutes contre 6 ou 7 auparavant. Cette avancée est essentiellement due à une meilleure organisation des rotations puisqu’aucune rame nouvelle n’a été ajoutée.  Nul doute que la livraison de nouvelles rames (8) prévue courant 2010 incitera encore davantage de niçoises et de niçois à emprunter ce moyen de transport écologique qui, disons le clairement, a métamorphosé la ville de Nice. Grâce au tramway, l’avenue Jean-Médecin, la place Masséna ou encore la place Garibaldi ont pu bénéficier d’un « relookage » extraordinaire qui donne à Nice un aspect beaucoup plus jeune sans pour autant renier ses origines historiques.
Si vous avez connu Nice avant la mise en service du Tram (et avant les travaux), vous serez agréablement surpris de constater que Nice est aujourd’hui beaucoup plus « aérée » et fait le bonheur des piétons et des cyclistes en Vélobleus. L’avenue Jean-médecin, par exemple, devient piétonne quasiment tous les samedis et la Place Masséna, quant à elle, est une pure réussite architecturale où il fait bon se pauser au cours d’une promenade urbaine et pourquoi pas profiter des spectacles d’animations dispensés par les artistes bénévoles qui s’y produisent quotidiennement.

>>Vous aussi, parlez-nous de Nice ! blog2nice vous donne la parole !<<

Recette de la Socca

Ah, la Socca !!! Venir à Nice sans goûter une bonne socca, c’est un peu comme aller à Paris sans voir la Tour Eiffel.

La bonne cuisine du Comté de Nice - Jacques MédecinCertes, j’exagère un peu, mais en tant que « nissart » je ne peux que vous conseiller de consommer ce plat chaud (plutôt cet encas) soit debout dans un corné de papier roulé, soit  attablé, dans une assiette  accompagnée d’un ballon de vin rouge (à consommer avec modération…le vin).
Très prochainement, je vous communiquerai les meilleures adresses niçoises où vous pourrez émoustiller vos papilles en dégustant une socca digne de ce nom. La socca est confectionnée à partir de farine de pois chiches, avec laquelle on réalise une pâte que l’on étale sur une plaque en cuivre préalablement chauffée (au feu de bois si possible) et  badigeonnée d’huile d’olive.
Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps, je vous propose de réaliser chez vous une socca réussie en suivant la recette du livre de Jacques Médecin « La bonne cuisine du Comté de Nice » :

La cuisson requiert l’utilisation d’une tourtière de cuivre d’une dimension pouvant entrer dans un four à bois, mais elle peut se faire à la maison, sous le grill du four, dans un simple plat à bord haut.

Pour 2 plaques de 50 centimètres de diamètre :

  • 50 centilitres d’eau
  • 250 grammes de farine de pois chiches
  • 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillerée à café de sel fin
  1. Mettre 50 centilitres d’eau froide dans une marmite. Y mélanger, au fouet, 250 grammes de farine de pois chiches, 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive, 1 cuillerée à café de sel fin. Battre vivement pour éliminer tout grumeau.
  2. Filtrer au chinois en versant dans une plaque spéciale, légèrement huilée. Cuire à four très chaud. On peut tenter de cuire la socca dans des ustensiles traditionnels. Utiliser un plat à bords droits allant au four. Ne verser que 2 à 3 millimètres de pâte au fond du plat huilé. Chauffer le four pendant une bonne heure puis au moment d’introduire la socca, allumer vivement le grill. Cuire près du grill. Percer avec la pointe d’un couteau les cloques qui peuvent se former.
  3. Lorsque la surface de la crêpe est bien dorée, même légèrement brûlée en certains points, retirer du feu et servir rapidement, en coupant de petits carrés de 5 centimètres de côté. Bien poivrer.

Hélas, il manquera à cette socca l’inimitable fumet que lui communique le four chauffé au bois.

En ce qui concerne la farine de pois chiches, vous pourrez vous la procurer au prix de 4,50 € le Kg à La « Maison de l’Olive » située dans le Vieux Nice au 18 rue Pairolière (Tél : 04 93 80 01 61).

Vous pouvez commander en ligne, dès maintenant, le célèbre livre de Jacques Médecin

« La bonne cuisine du Comté de Nice » .

J’espère que vous vous régalerez ! N’hésitez surtout pas à laisser vos commentaires et vos suggestions.

Newsletters & Marketing par E-mail avec YMLP.com

>>Vous aussi, parlez-nous de Nice ! blog2nice vous donne la parole !<<

Vélobleu : où sont passés les vélos ?

station_velobleu_niceVélobleu est pour ma part un excellent concept à condition de pouvoir… trouver un vélo ! Eh oui, dégoter un vélo dans une des 90 stations relève souvent du parcours du combattant. N’espérez pas faire une balade en famille un samedi matin en empruntant un vélobleu, il serait miraculeux que vous puissiez trouver 2 ou 3 bicyclettes dans une même station. Le système vélobleu est-il victime de son succès au point qu’aucun vélo ne soit disponible ou s’agit-il tout simplement d’un manque de vélos (900) mis en service ? Sans compter les vols et les dégradations qui, parait-il, sont nombreux et amenuisent le parc. Visiblement, vélobleu souffre de pas mal de problèmes. Le système de gestion des bornes destinées à attacher (restitution) ou détacher (location) un vélo à l’aide d’un câble est tout simplement désastreux. Une fois sur deux, l’écran vous annonce que vous ne pouvez pas louer un vélo du fait qu’un seul vélo ne peut-être loué à la fois, ce qui sous-entend que vous n’avez pas rendu le précédent vélo loué alors que vous l’avez bien restitué sans incident. A ce moment là, vous devez appeler de votre portable et à vos frais le service vélobleu (les pauvres télé-opérateurs et opératrices…je les plains sincèrement) pour qu’il réactive votre abonnement. En bref, avant de vous rendre au boulot avec un vélobleu, prévoyez un bon forfait pour votre portable et quinze minutes de battement dans votre timing. J’espère que ces désagréments seront bientôt pris en compte par la municipalité afin que ce service devienne un véritable moyen de transport quotidien pour les niçoises et les niçois. Le  site internet www.velobleu.org vous permettra de gérer vos trajets en ligne et vous renseignera efficacement sur les abonnements et les tarifs. Notons tout de même que le service vélobleu n’est opérationnel que depuis le 18 juillet 2009, ce qui explique peut-être ces dysfonctionnements.

>>Vous aussi, parlez-nous de Nice ! blog2nice vous donne la parole !<<

Page 27 sur 27« Première page...1020...2324252627